Quelle qualité d’eau allez vous obtenir avec Cryofiltration® ?

Performance de Filtration n°1

Performance de Filtration n°1

Performance de Filtration n°2

Performance de Filtration n°2

 

 

 

 

 

 

 

Analyses de la pureté de l’eau Cryofiltrée

Analyses de la pureté de l'eau Cryofiltrée avec accréditation COFRAC du laboratoire agréé par le Ministère de la Santé

Analyses de la pureté de l’eau Cryofiltrée avec accréditation COFRAC du laboratoire agréé par le Ministère de la Santé

 

 

 

Consultez le Dossier d’information « La qualité de l’eau potable en France Aspects sanitaires et réglementaires »

Vous souhaitez une eau conforme au cahier des charges :

Nos analyses sont effectuées par les laboratoires du  Groupe EUROFINS, agréé par le Ministère de la Santé, ainsi que du Groupe CARSON.

Mise en place d’un système de télésurveillance à distance vous permettant de suivre en temps réel vos flux.

Nous fournissons un rapport de conformité aux exigences de pureté pour les familles physico-chimiques, les composés organiques volatils (COV), les phénols et précurseurs des trichloroanisoles (TCA), les PCBs, les pesticides, les métaux lourds dont l’Arsenic sous sa forme V, les composés divers,…

Analyses de traces, expertises d’hygiène et recherche appliquée dans le domaine des déviations organoleptiques.

Goûts de « moisi-bouchon » et autres déviances organoleptiques dans les vins

Les agents responsables

image1Les principales molécules responsables des goûts de « moisi bouchon » dans les vins sont les chloroanisoles : le 2,4,6-TCA, le trichloroanisole et le 2,3,4,6-TeCA, le tétrachloroanisole. Mais d’autres molécules de la famille des haloanisoles comme le 2,4,6-TBA, le tribromoanisole ou même le chlore peuvent jouer un rôle dans ces déviations organoleptiques.

Toutes les études réalisées autour du thème des goûts « moisi bouchon » ont montré que la principale molécule incriminée est le 2,4,6-trichloroanisole, communément appelée TCA.

Dans plus de 95 % des cas, la présence du 2,4,6-TCA dans les vins est d’origine bouchonnière. C’est un composé odorant présent dans les bouchons en liège naturel. Après usinage, on le retrouve dans les lenticelles sous forme gazeuse ou solide. Il peut alors assez facilement migrer de la base du bouchon (en contact avec le vin) vers le vin. Son seuil de perception, dans les vins, varie de 1,5 à 4,0 ng/l (1,5 pour les vins effervescents et 2,0 à 4,0 pour les vins tranquilles). Il est donc assez facilement détectable à la dégustation, surtout pour un dégustateur averti.

Origine du 2,4,6 TCA dans le liège
Il existe deux voies principales de formation du TCA dans le liège. Elles sont illustrées ci-contre il s’agit de la méthylation des chlorophénols et de la voie des pentoses.

La methylation des chlorophenols
Les phénols sont des composés naturels du liège. En présence    d’une    flore    microbienne    diversifiée (champignons, levures ou bactéries),  ils peuvent se combiner au chlore (pollution des écorces par les insecticides ou les pluies, eaux de lavage…) pour former des chlorophénols, dont le 2,4,6-trichlorophénol (le TCP) précurseur du TCA, puis en chloroanisoles par biométhylation, sous l’action des moisissures.

La voie des pentoses
La moisissure Pénicillium peut synthétiser des phénols à partir de glucose : c’est la voie des pentoses. En présence de chlore (eaux de lavage, aérocontaminations…), il peut y avoir formation de 2,4,6-TCP puis de TCA par méthylation. Si les mécanismes de formation du TCA dans les bouchons de liège sont complexes, d’autres voies de contamination des vins ont été mises en évidence. En particulier, il peut y avoir contamination par voie aérienne. Le TCA peut ainsi se former à partir de la lignine des bois présents dans les caves, après contact avec des liquides chlorés comme l’eau de javel. Il peut aussi se former dans l’atmosphère des caves, en présence d’eaux chlorées et de substrats adéquats, les phénols.

Les causes
D’autres origines possible de contamination par le TCA ont été mises en évidence.
Elles sont, d’une part peu fréquentes et, d’autre part, toujours liées à  l’utilisation de biocides chlorés.

Quelques exemples:

  • Du TCA formé au contact du bois par l’utilisation d’eau de javel: (Phénol de la lignine  + source de chlore = Formation de TCP + moisissures = Formation de TCA
  • Du TCA formé dans l’atmosphère de la cave (processus d’aérocontamination) par exemple par l’utilisation d’humidificateurs fonctionnant avec des eaux de réseau très chlorées:

substrat de matières organiques (Phénols) + source de chlore = formation de TCP + moisissures = Formation de TCA

Les risques
1 gramme de TCA peut contaminer 266 millions de bouteilles

Le seuil de perception du 2,4,6 TCA dans le vin
Vins effervescents : 1,5 Nanogramme pour Litre
Vins normal : de 3,0 à 6,0 Nanogramme pour litre
Valeur différentes entre blanc et rouges

Limites maximales acceptables dans l’atmosphère des locaux
Haloanisoles  odorant 0,16 µg.Mq 2,4,6 TCA
Halophénols précurseur 0,8 µg.Mq 2,4,6 TCP

Le 2,3,4,6-tétrachloroanisole, aussi appelé TeCA, peut être responsable de certains goûts dits de bouchon. Son origine est principalement liée à l’utilisation de produits organochlorés à activité antifongique pour le traitement des bois. Le principe actif impliqué est le pentachlorophénol, le PCP. Le PCP de qualité technique contient, en effet de 10 à 20 % de 2,3,4,6-tétrachlorophénol (le TeCP) et autres impuretés qui peuvent avoir un impact organoleptique néfaste sur les vins. Le TeCP, en effet, est un précurseur du TeCA. Ce composé décrit dans les vins par le caractère « moisi-bouchon » présente un seuil de perception assez bas avec 12 ng/l. Le TeCA peut contaminer les vins par deux processus, par contact et par aérocontamination.

Les causes

  • Aérocontamination
  • Températures trop élevées
  • Détergent chloré
  • Mauvaise utilisation des pholystirène
  • Carrelage avec retardateur de flamme
  • Palette en bois polluée
  • Bois traité
  • Phénoles de lignine avec traces chlorées
  • Joint des cuves usées
  • Présence des produits Bromés

Les risques
1 gramme de TeCA peut contaminer 90 millions de bouteilles

Le seuil de perception du 2,3,4,6 TeCA dans le vin
14-25 nanogrammes / litre

Limites maximales acceptables dans l’atmosphere des locaux vinicoles
Haloanisoles  0,480 µg.Mq di 2,3,4,6 TeA
Halophénols  6,400 µg.Mq di 2,3,4,6 TeCP

Les bromoanisoles et en particulier le 2,4,6-tribromoanisole, le TBA possède un seuil de percep¬tion (SP) très bas, même inférieur à celui du TCA, avec seulement 0,5 ng/l. Son impact odorant (IO) est décrit par les termes « moisi-bouchon ».

Les causes
Le TBA est un composé qui a plusieurs origines possibles dont l’une nous intéresse directement – Aérocontamination

Le seuil de perception du 2,4,6 TCA dans le vin
Vins effervescents : 0,15 Nanogramme pour Litre
Vins normal : De 2,0 à 4,0 Nanogramme pour litre
Valeur différentes entre blanc et rouges
Eau : 30 Picogrammes Lt

Limites maximales acceptables dans l’atmosphère des locaux
Haloanisoles 0,160 µg.Mq di 2,4,6 TBA
Halophénols   0,800 µg.Mq di 2,4,6 TBP

Conclusion
Comme nous l’avons illustré plus avant, le chlore, sous ses différentes formes, joue un rôle très important dans l’apparition des goûts de bouchon. Il possède par ailleurs un seuil de perception de 25 µg/l. Pour des concentrations dans les vins supérieures à son seuil de perception, il peut même donner des goûts assimilés aux goûts de bouchon. Ce composé présent dans l’eau ou de nombreux produits d’usage courant doit donc être pris très au sérieux, pour son impact éventuel direct mais aussi pour son rôle dans les réactions de synthèse des haloanisoles.

Contrôle de l’eau à la source et déchloration

Principe
Elimine les molécules du chlore et purifie l’eau afin de limiter les risques de formation des composés organoleptiques et donc la contamination du vin et des bois.

Application
Nettoyages des fûts et rinçage de la ligne de mise

Fonctionnement
Filtration au CarbonBlock de l’eau de rinçage/lavage

image2